"La 3e voie…"

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home
Etudes et recherches


Vos représentations de la compréhension en lecture en cycle 3

Envoyer Imprimer

Merci à vous de m'accorder quelques minutes de votre temps. Je prépare un mémoire d'admission au cafipemf sur ce sujet et vos réponses me seront très utiles!

Emmanuelle Ponchant.

Cliquez ci-dessous:

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdJf0fIv-H6xkQkST6wWoZCWeyXW10Dg81tnlzEM8uLKNOxaQ/viewform?c=0&w=1

Mise à jour le Samedi, 04 Novembre 2017 17:31
 

Mémoire: résolution de problèmes

Envoyer Imprimer

Mémoire: résolution de problème.

Myriam Amiot.

Pour télécharger le document complet, merci de vous identifier. Si vous n'avez pas encore d'identifiant, rendez-vous dans la rubrique Adhésion

 

Mise à jour le Lundi, 21 Août 2017 10:08
 

Comment tout mémoriser rapidement avec les répétitions espacées

Envoyer Imprimer

Comment mémoriser mes cours ?  Comment retenir du vocabulaire anglais ?  Des formules de mathématiques ?  Des théorèmes de physique ?  Essayez les répétitions espacées !

Comment mémoriser tous mes cours ?  Comment mieux retenir ce que j’étudie ?  Comment ne pas oublier lors de l’examen ?  Et comment m’assurer de mémoriser à long terme ?

Voilà le genre de question qui hante le cerveau des étudiants de tout âge et de toute condition !

La courbe d’oubli d’Ebbinghaus

En 1885,  Hermann Ebbinghaus publiait son livre « La mémoire. Recherches de psychologie expérimentale ».  Il y présentait une théorie de la mémoire et de la rétention, qu’il exprimait sous forme d’une formule mathématique et d’une célèbre courbe qui allait porter son nom.

Lire la suite...
 

Les pratiques pédagogiques efficaces

Envoyer Imprimer

Conclusions de recherches récentes

Par Pierre-Yves Cusset,

Document de travail n°2014-01, France Stratégie, août 2014


Les études cherchant à évaluer l’efficacité des pratiques pédagogiques, plus nombreusesndans le contexte anglo-saxon qu’en France, se développent tant en quantité qu’en qualité.
Ce document de travail présente d’abord la méthodologie et les limites de ces travaux, avant de synthétiser leurs résultats. Pour l’apprentissage de la lecture, ces recherches mettent en évidence l’intérêt, pour le déchiffrage, d’un enseignement systématique de la relation phonème-graphème mais démontrent aussi qu’il est possible de faire progresser les enfants en compréhension de texte en recourant à une approche structurée et explicite. Les approches de type apprentissage coopératif entre pairs sont également bénéfiques pour la lecture, mais uniquement dans la dimension compréhension (pas déchiffrage). Pour l’apprentissage des mathématiques, l’enseignement explicite et l’apprentissage coopératif sont aussi des stratégies d’enseignement particulièrement efficaces. Pour l’enseignement des sciences, les études disponibles sont moins nombreuses et leurs conclusions encore assez contradictoires. Des méthodes d’apprentissage par investigation (inquiry-based learning) présentent un réel intérêt mais supposent que l’enseignant parvienne à guider efficacement les élèves. Les effets comparés des différentes approches sur le niveau des élèves restent cependant relativement modestes au regard d’autres facteurs déterminants qui concernent l’élève lui-même : niveau initial, environnement, capacités.

Télécharger le document complet

Mise à jour le Mardi, 16 Septembre 2014 17:33
 

Augmenter aussi le nombre de bons élèves

Envoyer Imprimer

PISA 2012 montre qu’à côté du trop grand nombre d’élèves en difficulté les résultats sont également très moyens pour les bons élèves, au moins en mathématiques et en sciences, le constat étant plus ambivalent en français.

Note écrite par Vanessa Wisnia-Weill, département Questions sociales, France stratégie.

 

Le principal problème soulevé par les résultats pour la France de l’enquête PISA 2012 (programme international de suivi des acquis des élèves) est celui des inégalités scolaires liées à l’origine sociale. Ces questions ont attiré l’attention, car elles sont fondamentales, et elles ont été abondamment analysées, y compris dans les travaux du CGSP. En complément de ces analyses, nous nous centrons ici sur la question des niveaux, des bons élèves notamment, car, sans perdre de vue l’enjeu majeur d’égalité, celui de bien “équiper” les élèves français dans une société de la connaissance est également important. De fait, équité et efficacité, deux objectifs souvent assignés aux systèmes scolaires, ne sont pas antinomiques. Examiner les résultats des bons élèves apporte ainsi un éclairage complémentaire à celui des élèves en difficulté sur l’efficacité du système. L’analyse des tests PISA de l’OCDE sur les compétences des élèves de 15 ans et des enquêtes CEDRE (cycle d’évaluations disciplinaires réalisées sur  échantillon) de l’Éducation nationale sur les performances en fin de collège est éclairante pour décrire le haut (les bons ou très bons élèves) et le bas (les élèves en difficulté) de la distribution des niveaux des élèves français.

 

Mise à jour le Vendredi, 20 Juin 2014 22:44 Lire la suite...
 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 3

Qui est en ligne ?

Nous avons 16 invités en ligne

À LA UNE !