"La 3e voie…"

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
APPEx : Association Pour la Pédagogie Explicite

Apprentissage de la lecture: les méthodes qui marchent.

Envoyer Imprimer PDF

De récentes études plaident pour un apprentissage précoce, répété et soutenu des correspondances entre lettres et sons.

COMMENT A ÉVOLUÉ LE NIVEAU DES ÉLÈVES FRANÇAIS ?

Si l’on regarde de loin les comparaisons internationales, pas de quoi s’inquiéter outre mesure. L’enquête Pisa, réalisée dans l’OCDE auprès de jeunes de 15 ans, montre entre 2000 et 2012 une stabilité du score moyen de la France en compréhension de l’écrit. Un score d’ailleurs plus élevé que la moyenne des pays étudiés.

La dernière édition d’une autre enquête internationale, Pirls, menée en 2011, semble confirmer ce statu quo, cette fois chez les élèves de CM1, puisqu’elle fait apparaître des résultats globaux quasi inchangés, supérieurs à la moyenne de la zone mais inférieurs à celle des autres pays européens.

À les examiner de plus près, cependant, ces études livrent des informations plus préoccupantes sur notre système scolaire. Selon Pisa, la part des élèves les plus faibles en lecture ne cesse de croître. Des élèves en difficulté surreprésentés dans notre pays, nous dit encore Pirls. « Les performances des enfants sont de plus en plus étroitement corrélées à la catégorie socioprofessionnelle des parents, à leur niveau de diplôme, au nombre de livres présents à la maison », abonde Catherine Moisan, à la tête de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp).

Lire la suite...
 

Méthodes de lecture: la fin de la guerre?

Envoyer Imprimer PDF

Comment garantir les meilleures conditions d’apprentissage de la lecture ? En misant sur l’enseignement du « code », c’est-à-dire des correspondances entre les sons et les lettres, et ce dès le tout début du CP, répond la plus importante étude menée en France sur ce sujet, dont les premiers résultats sont divulgués mardi 15 septembre. En outre, le rythme de cet enseignement doit être rapide pour, contrairement à l’idée reçue, ne pas désavantager les élèves les plus faibles.

Ce sont deux des conclusions qui ressortent de l’étude « Lire et écrire », financée par le ministère de l’éducation nationale et conduite sous l’égide de l’Institut français de l’éducation (ENS de Lyon) par le chercheur Roland Goigoux, professeur à l’université Blaise-Pascal Clermont-II. Une étude qui, peut-on lire dans sa présentation, « souhaite concourir à éteindre la guerre des méthodes », répercutée depuis trente ans dans les médias sous la forme d’une opposition schématique entre « globale » et « syllabique », sans réalité tangible dans le quotidien des classes.

 

Mise à jour le Jeudi, 17 Septembre 2015 08:42 Lire la suite...
 

Comment tout mémoriser rapidement avec les répétitions espacées

Envoyer Imprimer PDF

Comment mémoriser mes cours ?  Comment retenir du vocabulaire anglais ?  Des formules de mathématiques ?  Des théorèmes de physique ?  Essayez les répétitions espacées !

Comment mémoriser tous mes cours ?  Comment mieux retenir ce que j’étudie ?  Comment ne pas oublier lors de l’examen ?  Et comment m’assurer de mémoriser à long terme ?

Voilà le genre de question qui hante le cerveau des étudiants de tout âge et de toute condition !

La courbe d’oubli d’Ebbinghaus

En 1885,  Hermann Ebbinghaus publiait son livre « La mémoire. Recherches de psychologie expérimentale ».  Il y présentait une théorie de la mémoire et de la rétention, qu’il exprimait sous forme d’une formule mathématique et d’une célèbre courbe qui allait porter son nom.

Lire la suite...
 

Pour une vraie égalité des chances

Envoyer Imprimer PDF

Le 11 juin 2015

Déclaration de l’Académie française

Pour une vraie égalité des chances

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE
adoptée à l’unanimité de ses membres
dans sa séance du jeudi 11 juin 2015

 

 

L’Académie française, qui a fait part au Président de la République de ses réserves sur les projets de réforme du collège et des programmes d’enseignement présentés par le gouvernement, considère que l’ensemble de ces projets n’est pas satisfaisant.

 

1. La réforme d’ensemble concerne à la fois la réforme des programmes d’enseignement de la fin du primaire et du collège, qui sont encore en consultation, et la réforme du collège qui a fait l’objet d’un décret et d’un arrêté sans que les programmes enseignés soient définis. Il y a là un défaut de structure qui interdit la compréhension et dissimule la logique même des réformes proposées.

 

2. L’Académie déplore que l’ensemble de la réforme repose sur deux principes implicites : l’affaiblissement des disciplines fondamentales et le bouleversement du calendrier d’acquisition « des connaissances et des compétences », c’est-à-dire leur remplacement au profit de thématiques interdisciplinaires.

Lire la suite...
 

Ecole primaire: la fabrique des dyslexiques

Envoyer Imprimer PDF

"Réapprendre à lire", une enquête de terrain montre comment les méthodes d'acquisition de la lecture en vogue creusent la fracture sociale au lieu de la réduire.

Julie Clarini.

Professeur en sciences de l'éducation, Sandrine Garcia signe, avec Anne-Claudine Oller, Réapprendre à lire. Cette enquête sur l'acquisition de la lecture met en cause les méthodes actuelles, pourtant issues d'une volonté de contrecarrer la reproduction sociale. Cette charge sévère et ­argumentée, donnée par une ­universitaire qui a travaillé avec Pierre Bourdieu, est inattendue - et à méditer.

 

Mise à jour le Mardi, 01 Septembre 2015 21:19 Lire la suite...
 

École : mythes et réalité

Envoyer Imprimer PDF

Par Andreas Schleicher ,
Directeur, Direction de l'éducation et des compétences de l'OCDE

Depuis leur lancement en 2000, les enquêtes PISA sur les compétences scolaires des élèves de 15 ans ont mis en lumière de nombreuses réalités – et certains mythes.

La pauvreté est une fatalité
Partout dans le monde, les enseignants cherchent à compenser les désavantages sociaux à l’intérieur de leurs classes. Les sceptiques pensent que la pauvreté est une fatalité. Pourtant, les résultats du PISA montrent qu’à Shanghai, parmi les élèves de 15 ans, les 10 % les plus défavorisés ont de meilleurs résultats en mathématiques que les 10 % les plus privilégiés aux États-Unis et dans plusieurs pays européens. En fait, les enfants issus de milieux similaires peuvent obtenir des résultats très différents selon leur établissement et leur pays. Le fait est que les systèmes éducatifs où les élèves de milieu modeste réussissent sont capables d’atténuer les inégalités sociales. Ils attirent généralement les meilleurs enseignants dans les classes les plus difficiles et les chefs d’établissement les plus dynamiques dans les écoles les plus défavorisées, ce qui tire tous les élèves vers le haut.

 

Mise à jour le Vendredi, 26 Juin 2015 21:47 Lire la suite...
 

«L'idée que le savoir n'a plus d'importance est le plus grand mythe des pédagogues»

Envoyer Imprimer PDF

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Daisy Christodoulou, auteur d'un best-seller au Royaume-Uni qui démonte les mythes pédagogistes à propos d'éducation, analyse la réforme du collège en France. Elle y voit la continuité du préjugé progressiste selon lequel la connaissance serait obsolète.

 

Daisy Christodoulou est une spécialiste reconnue de l'éducation au Royaume-Uni. Elle a publié en 2014 Seven myths about education, un essai qui a eu un grand retentissement outre-Manche, où elle démonte méticuleusement les méthodes pédagogistes progressistes, et réhabilite l'importance du savoir dans l'apprentissage.

 

LE FIGAROVOX:Vous avez écrit un livre intitule Sept mythes sur l'éducation aujourd'hui. Quel est selon vous le mythe le plus persistant de l'éducation contemporaine?

DAISY CHRISTODOULOU: Le plus grand mythe contemporain à propos de l'éducation, c'est l'idée que la connaissance n'a plus d'importance. On dit désormais que le savoir-faire a plus d'importance que les savoirs, puisque de toute façon les enfants n'ont pas besoin de savoir des choses qu'ils peuvent à tout instant chercher sur leur smartphone.

Toutes ces justifications de l'abandon de la connaissance sont fausses, parce qu'elles nient la manière dont le cerveau humain fonctionne. La science n'est pas du côté des pédagogues progressistes. La recherche menée ces cinquante dernières années par la psychologie cognitive montre bien combien nous dépendons du savoir stockée dans la mémoire longue pour tous nos procédés mentaux. Au contraire, la «mémoire de travail», celle dont nous nous servons pour aborder l'information nouvelle et l'environnement immédiat, est très limitée. C'est pourquoi il est très important de savoir «par cœur» des choses, même si elles n'ont pas une utilité immédiate. Ainsi, même si tout le monde dispose désormais de calculatrices, il est indispensable de connaitre ses tables de multiplications par cœur. Car après vous serez capable de résoudre des problèmes plus complexes sans avoir à utiliser l'espace limité et précieux de la mémoire de travail pour calculer les tables de multiplication.

 

Mise à jour le Mardi, 02 Juin 2015 21:04 Lire la suite...
 


Page 2 sur 5

Identification

Une reconnaissance ministérielle


dénommée antérieurement 3evoie


Qui est en ligne ?

Nous avons 17 invités en ligne

À LA UNE !